Le Festival Equestre \"At Shabysh

00/00/0000 - Pays : - Imprimer ce message

Durant deux jours, nous allons assister à divers jeux équestres traditionnels Kirghizs, à des courses d'endurance, avec des chevaux venant de tous les villages alentour. 

Tout d'abord,

                      -le Oodarysh (lutte à cheval): fouets serrés entre les dents, deux adversaires s'affrontent, et luttent pour désarçonner le cavalier.

                     - la Course d'endurance sur 16 kms. Le cheval et son cavalier sont jugés en équipe, car le cheval doit être et rester en bonne condition à l'arrivée.

                     - le Tiyin Ainmey, compétition au cours de laquelle le cavalier doit ramasser des fanions à même le sol, au grand galop.

                     -le Kyz Kumai, "attrape la jeune fille", course à l'origine d'un rite nuptial traditionnel où la fiancée obtient le meilleur cavalier qui la poursuit pour lui prouver son amour. Parée d'une robe traditionnelle, elle est poursuivie par le djiguit (cavalier), qui doit obtenir un baiser, puis la cavalière chasse à son tour le garçon,  à coup de fouet.

Les femmes peuvent continuer ainsi à faire montre de leurs compétences à diriger et à monter les chevaux, à égalité avec les hommes. Depuis deux ans, la fondatrice Jacqueline entraine un groupe de cavalières, parmi les 11 villages participants. Elle tient à ce projet, pour démontrer la complicité des Kirghizs avec leurs chevaux. Elle encourage les Kirghizs du Tadjikistan, malgré d'importantes difficultés, à affirmer leur existence et à défendre leurs traditions, par ce festival annuel.

La fête permet également de découvrir dans une ambiance de kermesse, l'artisanat, et la cuisine traditionnelle: Oromo, Plov, Churba. Murghab, bourgade aux impressions de "bout du monde", reste une étape importante du Pamir, sur le passage de la route M41, 2e route la plus haute du monde, qui la relie à Osh, distante de 410 kms, pour continuer ensuite en direction de la Chine. Ici, la vie y est difficile, rien ne pousse et les hivers sont rudes. Pas d'électricité...la Centrale tant attendue devrait être inaugurée en septembre, et l'eau est comptée. Certains habitants disposent de générateurs, pour quelques heures par jour, et parfois de panneaux solaires.

La ville vit à l'heure Kirghize de Osh, une heure de plus que la capitale Tadjike d'Ouchanbé. Partout dans cette province autonome Kirghize, isolée au Tadjikistan, on ne peut éviter les immenses panneaux représentant son Président Emomati Rahmon, aux tendances très autoritaires, décrit comme sauveur de la nation et de l'unité tadjike...

Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Copyright © Gerard Petiteau Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.