vendredi 1er septembre: \\

01/09/2017 - Pays : Mongolie - Imprimer ce message

Arrivés la veille avec le camion, nous avons découvert un magnifique endroit pour camper, au bord de la rivière, au pied de cette dune immense... Les marcheurs sont arrivés aussi, en longeant la même rivière depuis le village, en passant près d'un petit barrage et des falaises au pied de cette dune.

Bonheur! le petit-déjeuner est prévu vers 8h. Nous pouvons enfin profiter de la chaleur de notre duvet. Le temps est couvert et il ne fait pas chaud.

Une randonnée est prévue pour atteindre le point culminant de la dune face au campement. Départ 9h pour les invétérés de la randonnée, comme à l'accoutumée. L'équipe logistique et les chameliers sont partis avec le camion à 7h, acheter le deuxième mouton, le tuer et le préparer. Ils sont de retour vers 8h, et l'affaire est réglée en quelques minutes: puis dépeçage et découpe de la bête.

Michel part avec le groupe à l'attaque des dunes. Il faut d'abord, traverser la rivière, avec de l'eau jusqu'aux genoux, avant de commencer l'ascension. Le soleil s'est levé. Il fait bon et Marie-Jo et moi profitons du calme au bivouac. Vers 10h30, le groupe est déjà au-dessus de la dune, et profite d'un paysage d'une mer de sable, parsemée de végétation et de sols comparables à la steppe. On devine même au loin quelques lacs. A la différence des dunes du Gobi que nous avions escaladées en 2013, ce ne sont pas des dunes chantantes, en raison de la texture des grains de sable. ( voir blog Mongolie 2013). Le groupe marche sur la crête, puis regagnent le campement vers 12h, pour le déjeuner. Doya nous sert d'excellents raviolis au mouton, et nous nous régalons.

Un gros orage et un vent violent nous oblige à rester dans la tente du mess, après le repas. puis, le soleil se lève à nouveau, et nous en profitons pour faire un brin de toilette, shampoing et lessive, nettoyer la tente de tout ce sable que le vent a soufflé. Mari-jo et Catherine partent faire une petite marche avec Michel, le long de la rivière. Françoise se repose, comme Katarina et Pascale, Yves est parti avec son lancer, espérant une autre pêche miraculeuse, mais rentrera bredouille. Chingun et les chameliers jouent aux cartes, après s'être tous rasés le crâne.... Chameaux et chevaux broutent paisiblement non loin du camp, au bord de la rivière. Paysage bucolique....

Un après-midi bien agréable dans ce superbe décor. Encore deux ou trois jours de méharée avant d'atteindre le point final. Demain, Marie-Jo et moi allons essayer de reprendre la randonnée avec le groupe. Les chameaux auront le même itinéraire et nous pourrons les"emprunter" en cas de fatigue...Gérard continue à adopter le rythme qui lui permet de ménager son genou: chameau le matin et marche l'après-midi.



Note: 0/5 - 0 vote(s).
Imprimer ce message
Syndication :

Copyright © Gerard Petiteau Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.